Quelles Formations pour l’Industrie du Futur 4.0 ?

Le monde de l’industrie intègre les nouvelles technologies comme de véritables révolutions. Les possibilités de développement sont infinies. Pour réussir ce défi, les compétences et les connaissances des collaborateurs se positionnent au cœur des process. Quelles formations pour l’industrie du futur 4.0 ? Intelligence artificielle, robotique, impression 3D, etc. représentent autant de domaines qui requièrent un apprentissage. Une formation continue pour l’ensemble des acteurs des divers secteurs industriels s’impose, tandis qu’il devient crucial de valoriser l’industrie et ses débouchés aux yeux des étudiants en formation initiale. Découvrez comment concilier théorie et pratique pour répondre aux perspectives de l’industrie de demain.

 

Quels métiers pour l’industrie de demain ?

Travailler dans une industrie ne signifie plus passer ses journées sur une chaîne de production à effectuer des tâches répétitives ou à avoir les mains recouvertes de cambouis dans une atmosphère irrespirable.

L’industrie du futur devient sexy avec des domaines d’expertises variés et plus proches des métiers du tertiaire que du secondaire.

Des familles de nouveaux métiers

Les principales familles de nouveaux métiers activement recherchées par les entreprises qui s’engagent dans l’industrie du futur sont :

  • Les métiers de la maintenance, et notamment la maintenance prédictive. Il n’est plus question d’intervenir en cas de panne, mais d’anticiper les problèmes à l’aide de capteurs et de l’intelligence artificielle. L’intervention se réalise en amont pour éviter de perturber les process de fabrication. Exemple : responsable de maintenance industriel.

 

  • Les métiers de la production qui vivent une grande mutation. La priorité est donnée à l’autonomie et la responsabilisation. Les emplois sont valorisants et valorisés. Les technologies du futur déchargent les opérateurs des tâches rébarbatives pour leur permettre d’exploiter leurs compétences et leurs savoir-faire. Exemple : conducteur (trice) de ligne.

 

  • Les métiers du Big Data qui se nichent au cœur de l’industrie 4.0 du fait de l’exploitation permanente des données. L’époque du papier est révolue et tous les process doivent s’adapter. Les données sont récupérées, stockées et analysées de diverses manières pour faire émerger des concepts et des solutions toujours plus novatrices. Exemple : data scientist.

 

  • Les métiers de la logistique, ou supply chain, se développent autour d’un écosystème de travail beaucoup plus collaboratif. Les nouvelles technologies et les attentes des clients qui en découlent nécessitent de garantir le bon fonctionnement de l’entreprise. Exemple : responsable d’entrepôt.

 

  • Les métiers du management. Les postes occupés requièrent des compétences transversales et pluridisciplinaires pour des échanges constructifs à toutes les échelles de la hiérarchie et au sein de toutes les équipes. On parle de management de la performance. Terminée l’époque où chaque service cherchait une solution dans son coin. À l’heure de l’industrie du futur, la collaboration est totale. Exemple : responsable d’équipe.

 

Des métiers inconnus quelques années en arrière

À ces grandes familles de métiers s’ajoutent des besoins très spécifiques selon les technologies utilisées.

Votre entreprise s’engage dans le futur. Vous recruterez peut-être bientôt :

  • Un(e) ingénieur(e) en fabrication additive
  • Un(e) ingénieur(e) en cobotique
  • Un(e) ingénieur(e) en réalité virtuelle ou augmentée
  • Un(e) développeur (euse) d’objets connectés
  • Etc.

Quelles formations pour l’industrie du futur 4.0 ? Comment dénicher la perle rare qui contribuera au développement de votre entreprise et comment aider vos fidèles collaborateurs à évoluer sereinement entre le passé et le futur ?

 

Comment former les collaborateurs issus de l’industrie du passé ?

Intégrer dans l’entreprise de nouvelles technologies performantes offre des opportunités de développement. À une condition : que les collaborateurs sachent les utiliser !

Une indispensable phase de sensibilisation

Recruter de jeunes diplômés experts d’un secteur représente une solution, mais la première piste à étudier consiste à former en interne les collaborateurs qui œuvrent depuis des années à la pérennité de l’entreprise.

Les nouvelles technologies génèrent de la peur chez la plupart des salariés. Introduire un robot dans un entrepôt crée de l’inquiétude quant à la sécurité des emplois. Peut-on être remplacé par une machine ? La réponse est non, mais se former est indispensable pour utiliser les nouveaux outils disponibles, améliorer ainsi ses conditions de travail et faire évoluer son poste.

L’industrie du passé fonctionnait sur base d’un modèle papier. Aujourd’hui, tout est digitalisé. Tous les process sont à réinventer. Les sociétés doivent décloisonner leurs savoirs et leurs compétences pour entrer dans un modèle beaucoup plus collaboratif.

Le premier effort consiste à sensibiliser le personnel. Le management représente une discipline phare dans cet enjeu et le chef d’entreprise doit le comprendre.

Des acquis presque intégralement remis en cause

La difficulté dans cette évolution de la réflexion et des modes de travail est d’accepter qu’après des décennies de spécialisation, l’industrie s’oriente vers des emplois pluridisciplinaires.

Il devient indispensable d’appréhender en quoi consistent les missions des collègues pour pouvoir soi-même travailler efficacement. Déstabilisant !

Pour révolutionner la culture de l’entreprise, partez des problèmes rencontrés, du vécu et des dysfonctionnements pour expliquer à vos collaborateurs que de nouvelles solutions existent. Elles faciliteront leur quotidien tout en leur permettant d’évoluer au sein de leur emploi.

Cette collaboration s’instaure pas à pas à travers la formation continue. Le poste de travail devient un poste d’apprentissage pour pérenniser les emplois.

Un investissement financier et temporel indispensable

Arrêtez de penser que les formations à l’industrie du futur 4.0 ne représentent qu’un pourcentage de temps et une enveloppe budgétaire disponible.

Un investissement sur la formation des collaborateurs se révèle indispensable pour entrer sereinement dans l’industrie du futur. Des salariés épanouis et fiers de leur emploi sont plus productifs, moins souvent absents et totalement dévoués à l’entreprise qui leur a permis de faire évoluer leur carrière.

Les nouvelles technologies facilitent l’accès à l’information, mais les aspects d’accompagnement, de coaching et de communication restent primordiaux pour assurer la bonne intégration des savoirs.

 

Comment donner envie à la jeunesse de s’orienter vers l’industrie 4.0 ?

L’industrie du futur évolue constamment. Nous n’en sommes aujourd’hui qu’aux prémisses et rien ne pourra être pérennisé sans la collaboration des nouvelles générations.

Problème : l’industrie n’attire pas les étudiants. En cause, une vision erronée de la profession et des cursus qui ne mettent pas en valeur la technologie.

Sensibiliser les jeunes pour rendre l’industrie attractive

Pour attirer les élèves dans des cursus en lien avec les technologies du futur, un effort de sensibilisation s’impose aussi.

Pour montrer une image positive de l’industrie aux jeunes, ouvrez les portes de vos usines et proposez des interactions avec vos collaborateurs pour leur faire découvrir vos métiers. Ceux qui ont déjà bénéficié de telles initiatives avouent « ne jamais avoir pensé qu’il était possible de réaliser autant de choses avec les nouvelles technologies ».

Outre les cours de « techno » au collège, l’éducation nationale a intégré, dès le cursus de seconde, des cours de Sciences numériques et technologies afin d’orienter les adolescents vers les métiers de demain. Ce pas en avant est plus que bienvenu, notamment dans des secteurs qui évoluent parfois bien plus vite que les programmes.

Le sujet de la mixité se doit d’être souligné, car les industriels peinent à recruter des femmes. Les organismes de formations le confirment, la gent féminine ne représente qu’une part infime de chaque promotion. Les femmes n’occupent d’ailleurs que 28 % des emplois du secteur industriel, généralement à des postes administratifs.

Comprendre les besoins et attentes des nouvelles générations

Les formations à l’industrie du futur 4.0 n’apportent pas une réponse à tout.

Les besoins et les attentes des nouvelles générations diffèrent de celles de leurs prédécesseurs. Inutile de montrer aux recrues comme faire, car les méthodologies correspondent à celles du passé.

Proposez aux jeunes diplômés d’inventer le futur et de créer les solutions de demain. Cette génération en quête de sens ne veut pas un emploi, mais œuvrer chaque jour à changer le monde. Ce ne sont pas les technologies qui permettront de garder un jeune à un poste, mais plutôt les perspectives que ses tâches et missions quotidiennes contribuent à un avenir meilleur.

En tant qu’industriel, affichez vos valeurs en matière de RSE et de Développement durable pour séduire des collaborateurs avides de changement.

 

Quelles formations pour l’industrie du futur 4.0 ?

Formation continue pour salariés et collaborateurs

De façon plus pragmatique, voici un listing non-exhaustif de quelques cursus de formations continues pour aider vos collaborateurs à amorcer une transition douce vers l’industrie de demain :

Formation initiale pour les nouvelles générations

À la recherche de talents, les organismes de formations pour l’industrie du futur 4.0 vous offrent un véritable vivier de futures recrues prêtes à propulser votre industrie dans une nouvelle ère :

Les formations pour l’industrie du futur 4.0 représentent un premier pas vers la maîtrise des technologies de demain. L’apprentissage se veut collaboratif, pratique et évolutif. Placer l’humain au cœur de la problématique assure une plus grande réussite de la formation choisie et une réelle implication au quotidien de vos collaborateurs pour relever vos prochains défis.

Créé le 08/06/21 par GL EVENTS

Chargement...

loader