Écologie industrielle et territoriale, une transition durable et nécessaire

La nécessité de la transition énergétique n’est plus à démontrer. Dans l’industrie, la mise en œuvre des principes de l’écologie industrielle et territoriale (EIT) permet des avancées concrètes. Un engagement gagnant-gagnant au service des territoires et de l’environnement. Illustration avec le Groupe Barjane, spécialisé dans l’immobilier logistique.

 Une optimisation globale au service des territoires

 L’écologie Industrielle et Territoriale, aussi nommée symbiose industrielle, est l’un des 7 piliers de l’économie circulaire définis par l’ADEME. Elle repose sur « un mode d’organisation interentreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins ». Pour les industriels, l’EIT est doublement vertueuse. Outre les bénéfices environnementaux induits, l’écologie industrielle et territoriale permet d’optimiser les ressources (énergies, eau, matières, déchets, équipements, espaces de production, expertises) en appliquant de manière systématique les trois objectifs : réduire, réutiliser et recycler. A la clé, des économies et une amélioration de la productivité.

 Barjane, le développement durable comme business plan

 Le groupe Barjane est spécialiste de l’immobilier logistique et industriel, de sa conception à sa gestion en passant par sa réalisation et son équipement en centrales photovoltaïques intégrées en toiture et en ombrières de parkings. « Lorsque nous avons fondé l’entreprise en 2006, mon frère et moi, nous avions la conviction que pour être une entreprise qui s’inscrit dans la durée, il était nécessaire de prendre en compte et d’appliquer les principes de la RSE, la Responsabilité Sociétale des Entreprises », explique Julie Barlatier Prieuret, co-fondatrice et directrice générale de Barjane.

 La transition écologique de l’industrie passe notamment par la logistique. « C’est un secteur clé de l’économie. Nous l’avons bien constaté durant cette crise sanitaire. Les plateformes logistiques sont au cœur des flux de matières premières, de produits et de marchandises sur tout le territoire. Elles se doivent d’être des bâtiments flexibles, modulables qui répondent aux besoins des exploitants, mais aussi respectueux de l’environnement et soigneusement conçus pour s’intégrer de façon harmonieuse sur les territoires. Depuis le début de notre activité, nous réalisons donc des diagnostics pour chaque projet afin de comprendre son impact sur le site concerné et pouvoir agir en conséquence afin d’allier développement économique, engagement social et performance environnementale. »

 Le Parc des Aiguilles, aux portes de Marseille : de la friche au site exemplaire

 Témoin de cet engagement, le chantier du Parc des Aiguilles, près de Marseille, vise à réhabiliter une friche pour développer une zone d’activité logistique et économique. Barjane, concessionnaire de la Métropole, y a mené de très nombreuses études pour rendre constructible le site, et permettre de développer des actifs immobiliers de qualité sur les lots viabilisés ainsi créés. Les travaux d’aménagement, lancés en 2020, ont notamment permis de traiter près de 70 000 m3 de déchets de surface et enfouis, ainsi que des pollutions concentrées. Lauréat du Fond friches, le Parc des Aiguilles est soutenu dans ces travaux par l’ADEME.  

 Labélisé « site industriel clé en main » par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, le parc accueillera 170 000 m² de bâtiments logistiques, logistriels, de messagerie et d’activités de nouvelle génération, certifiés HQE (Haute Qualité Environnementale) ou BREEAM (« Building Research Establishment Environmental Assessment Method ») et insérés dans un programme paysager riche et créateur de biodiversité intégrant près de 8 km de haies bocagères, des arbres et arbustes locaux, des refuges pour la faune, une gestion alternative des eaux pluviales et des espaces de vie pour les salariés. A terme, ce sont plus de 1 000 emplois qui seront créés dont 700 dès la fin 2022, avec la livraison des deux premiers bâtiments pour Decathlon et Action.

 Le respect des normes pour construire son engagement

 Barjane conserve la gestion des bâtiments qu’il conçoit et construit. Pour encadrer son engagement inscrit sur le long terme, le groupe a adopté la norme ISO 14 001 dès son premier chantier.  « L’appel d’offre gagné sur le Parc des Bréguières a lancé notre entreprise. Situé au bord de l’autoroute A8, il représente une nouvelle génération de parcs logistiques. Il a été notre 1er site certifié ISO 14001 en 2009 sur un périmètre global : conception, réalisation et gestion durable du parc. Depuis, nous avons étendu cette certification ISO 14001 à tous nos métiers d’aménageur, développeur et gestionnaire. S’inscrivant dans notre stratégie bas carbone, tous les bâtiments sont équipés de centrales photovoltaïques en toiture pour assurer la production d’énergie verte. C’était une évidence d’exploiter cette ressource dans le Sud où l’on a beaucoup de soleil mais nous installons désormais des centrales photovoltaïques sur tous nos projets partout en France », explique Julie Barlatier Prieuret. A ce jour, le Groupe a installé 15 centrales photovoltaïques qui assurent une production de 22 mégawatts-crête*.

 En 2016, Barjane a fait le choix de renforcer son engagement RSE en adoptant le référentiel du Label Lucie, aligné sur la norme ISO 26 000. La prise en compte des problématiques sociales vient ainsi compléter l’approche environnementale. Le Groupe a réalisé 500 000 m² de bâtiments et tous sont certifiés HQE ou BREEAM.

 La réalisation de chantiers verts à faible impact environnemental

 La réalisation de projets durables ne peut se concrétiser sans une approche claire et collaborative avec les clients, les collectivités et entreprises prestataires. Barjane a à cœur d’impliquer l’ensemble de sa chaine de valeur dans ses démarches RSE, en mettant par exemple au point une charte « Chantier vert ». « L’objectif est de préserver l’environnement et d’éviter tous les types de nuisances comme le bruit ou les stationnements inappropriés pour le confort des riverains », précise Julie Barlatier Prieuret. Afin de souligner le parti pris du Groupe, cette charte est annexée à chaque contrat de travaux. Des fiches de non-conformité ou de progrès sont établies au fur et à mesure du projet, ce qui permet d’actualiser la charte régulièrement et de l’améliorer.

 Mutualisation et intégration sur les territoires : des enjeux clés pour la transformation écologique

 La problématique de l’écologie industrielle et territoriale implique la prise en compte rigoureuse du site : ressources locales existantes, sources d’énergies renouvelables disponibles, particularités environnementales, proximité des riverains…  Le positionnement de Barjane, qui prend en charge les projets immobiliers dans leur intégralité, lui permet de proposer à ses clients locataires de se concentrer sur leur cœur de métier logistriel, et de bénéficier d’un certain nombre de services mutualisés à l’échelle du parc :

o   Analyses environnementales des projets menées par Barjane avec le concours d’experts (écologues, paysagistes, bureaux d’études…) ;

o   Pilotage d'un plan d'action ISO 14001 à l'échelle du parc, dont l'objectif est de minimiser les impacts environnementaux et de prévenir les pollutions ;

o   Gestion des risques : Maintenance préventive des bâtiments contrôlée par les équipes Barjane, consignes en cas d'urgence définies et partagées, exercices incendie mutualisés... ;

o   Suivi de la consommation des bâtiments par les équipes RSE de Barjane et suivi de la production photovoltaïque des centrales en toiture ;

 Cette logique de parc permet également de soigner l’intégration des projets aux territoires qui les accueillent, notamment sur les aspects de qualité des espaces verts et d’architecture.  « Nous avons fait un partenariat avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) sur plusieurs de nos sites existants, dont le Parc des Bréguières, et nous avons la preuve que notre démarche fonctionne. Quant aux bâtiments, nous sélectionnons les couleurs et matériaux qui s’adaptent le mieux aux territoires pour faciliter leur intégration mais aussi leur acceptation par les riverains. » S’adapter pour mieux s’ancrer, un positionnement aussi pertinent qu’efficace.

 Selon Julie Barlatier Prieuret, les industriels ont pleinement conscience de la nécessité d’opérer une transition écologique. Les synergies se mettent en place et le plan France Relance a marqué un tournant pour évoluer vers la décarbonation, l’innovation et la rénovation énergétique. La question repose plutôt sur la concrétisation globale de cette aspiration à plus de sobriété environnementale. « Toute la filière industrielle doit faire un effort pour avancer et cela passe par une réflexion collective. Dans le bâtiment, la phase de conception est essentielle : on doit éliminer ce qui peut l’être et révéler toutes les possibilités de mutualisation, notamment au niveau foncier. Il est également nécessaire de réaliser que les déchets des uns seront les ressources des autres. » Réduire, réutiliser, recycler. Une recette bien connue et capable de répondre aux objectifs de chacun.

*Un mégawatt-crête (MWc) correspond à 1 million de watts-crête. La puissance « crête » d'une installation photovoltaïque désigne la puissance maximale que celle-ci peut délivrer au réseau électrique. 

 

CREDIT PHOTOS : ©BARJANE

 

 

Créé le 20/01/22 par GL EVENTS

Chargement...

loader